Autres méthodes - Planning familial naturel - Méthode sympto-thermique
Planning familial naturel - Méthode sympto-thermique

  Autres méthodes naturelles - histoire et actualité

  L'idée que la fertilité de la femme correspond à un cycle remonte à loin. Les premières informations à ce sujet nous viennent des célèbres philosophes de l'antiquité et des textes hébraïques.

  Aujourd'hui, il existe plusieurs méthodes dont la plus fiable est la méthode sympto-thermique. Les autres, bien qu'elles soient utilisées sont d'une efficacité contestable.

  Méthode du calendrier ou Ogino et Klaus

  Les premières connaissances scientifiques concernant la période de fertilité remontent aux gynécologues japonais et autrichien, Ogino et Klaus. Indépendamment l'un de l'autre, ces gynécologues ont découvert que l'ovulation a lieu entre le 12ème et le 16 ème jour avant les prochaines règles. Les normes élaborées par Ogino et Klaus déterminent les périodes infertiles en fonction de la durée des cycles précédents (méthode du calendrier). A cette époque, cette méthode représentait un grand pas en avant. Néanmoins cette méthode n'est pas entièrement fiable et à l'heure actuelle celle-ci n'est plus recommandée. La méthode de la température

  Celle-ci se base sur la variation de la température basale (température au repos, le matin avant de se lever) de la femme durant le cycle menstruel. Ce fut l'hollandais Van de Velde qui, pour la première fois, mis en relation température et ovulation. Le premier qui décida d'utiliser ce savoir en vue de la planification familiale fut le curé Wilhelm Hillebrand, en 1953.
  En 1954, le gynécologue allemand Gerhard Döring publia un manuel de compréhension facile pour le lecteur qui diffusa largement la méthode.
   Il s'agit d'une méthode plus fiable que celle du calendrier mais toujours moins fiable que la méthode sympto-thermique ou que celle de Billings. Dans la mesure où elle ne contrôle que la température, elle ne peut que se limiter à la prévision des jours d'infertilité post-ovulatoires.
  Par contre, pour ceux qui souhaitent déterminer les jours fertiles suivants l'ovulation, cette méthode s'avère des plus efficaces, encore plus que la méthode sympto-thermique. Il est courant d'y avoir recours en cas de difficultés à parvenir à la grossesse due à des raisons médicales (parents atteints de maladies congénitales graves ou de maladies cardiaques chez la mère par exemple). Dans ces cas, il faut s'abstenir de rapports sexuels précédents l'ovulation ou avoir recours à des contraceptifs complémentaires adéquats.   Méthode de l'ovulation ou méthode Billings

   C'est le neurologue australien John Billings qui a commencé à développer cette méthode dans les années 60. La version actuelle est uniquement basée sur l'observation des sécrétions cervicales. Son efficacité est inférieure à celle de la méthode sympto-thermique, dans la mesure où elle prend en considération uniquement la glaire cervicale pour tirer des conclusions.   La méthode muco-thermique

   Tout comme la méthode sympto-thermique, elle prend en considération la glaire et la température. Toutefois, elle ne tient pas compte de la palpation du col de l'utérus.   La méthode cyclo-thermique

  Elle évalue la fertilité durant la période précédant l'ovulation moyennant un calcul. Ainsi que la fertilité durant la période post-ovulatoire et ce à l'aide de la prise de température.


   La méthode de l'allaitement maternel et de l'aménorrhée(MAMA)

   La méthode MAMA consiste à considérer que la femme n'est pas fertile durant les 6 mois suivants l'accouchement, tant que ses deux conditions sont respectées:
- le bébé doit être nourri exclusivement au sein.
- qu'il n'y ait pas eu de règles depuis l'accouchement.

  Si l'une de ces conditions n'est pas remplie il faut concevoir une situation de fertilité et donc prendre en compte les autres facteurs (glaire, température, col de l'utérus) afin de déterminer les périodes non fertiles.


  Méthode sympto-thermique

  La méthode sympto-thermique associe essentiellement l'observation de la température corporelle à celle des sécrétions cervicales ou du col de l'utérus. Cette méthode est considérée comme l'une des plus fiables de celles de la planification familiale, dans la mesure où l'observation de diverses manifestations ou symptômes permet de déterminer à quel moment ont lieu la phase fertile et la phase non fertile.

  Elle se fit connaitre pour la première fois en 1965 grâce au médecin autrichien Josef Rötzer.

  Dans les années 1977 et 1978 à Calcuta, une étude fut menée sur un programme d'implantation de la méthode sympto-thermique dans cette région. Cette étude fut conduite par des missionnaires de la Charité Mère Teresa de Calcutta, en collaboration avec l'Indial Council of Medical Research (Conseil indien de recherche médicale). Cette étude a démontré le large consensus et la popularité dont fait l'objet cette méthode, au-delà sa grande efficacité (indice de Pearl entre 0,2 et 0,3).

  En 1981, le groupe de travail NFP (Planification familiale Naturelle) fut fondé en Allemagne. Entre les années 1984 et 1991, moyennant un programme soutenu par la Ministère fédéral allemand de la famille, du troisième âge, de la Femme et de la jeunesse, ce groupe élabora les bases de la méthode sympto-thermique que est proposée en Allemagne à l'heure actuelle.
Un groupe de travail scientifique interdisciplinaire assurait l'assistance médicale, pédagogique et psychologique de ce projet. Ce groupe était formé de membres de diverses Universités, principalement de l'Université de Düsseldorf.

   La méthode qui nous est présentée sur ce site est celle qui fut élaborée par la groupe allemand de travail NFP (Panification familiale naturelle).

   La méthode sympto-thermique s'est vue attribuer le statut de méthode naturelle par l'OMS. Des directives d'emploi, assez analogues à celles du groupe de travail allemand, ont été élaborées en vue de son usage.