Le cycle féminin - Planning familial naturel - Méthode sympto-thermique
Planning familial naturel - Méthode sympto-thermique

   Le cycle menstruel

   Chaque femme aura environ 500 cycles menstruels au cours de sa vie. Chaque cycle dure environ 28 jours, bien que les cycles durant entre 21 et 35 jours sont aussi normaux. Le premier jour du cycle correspond au premier jour des règles ou menstruation.

   Le mécanisme de chaque cycle est régulé par des hormones( messagers chimiques) qui servent, entre autres, à garantir un cycle de fertilité continue.

   Les hormones sont produites par les glandes endocrines et sont diffusées dans l'ensemble du corps à travers le flux sanguin. Quatres hormones endocrines interviennent dans le cycle menstruel : L'hypothalamus, l'hypophyse, les glandes thyroïdes et les ovaires. Les hormones de l'hypophyse et celles des ovaires agissent directement sur le cycle, alors que les hormones des glandes thyroïdes régulent le flux énergétique du corps, permettant ainsi aux autres hormones de fonctionner en toute normalité. Par ailleurs, l'hypophyse est connue pour son rôle de coordinatrice dans le cycle menstruel, c'est aussi elle qui le stimule. Entre les ovaires, l'hypothalamus et l'hypophyse il existe un système très précis d'interaction qui maintient le rythme du cycle.    De ce fait, les facteurs émotionnels agissent aussi sur le cycle menstruel, dans la mesure où l'hypothalamus est relié à d'autres zones du cerveau.

Le cycle féminin présente trois phases:

  1.-La phase folliculaire

   L'hypophyse sécrète l'hormone de stimulation folliculaire (FSH) ainsi que l'hormone lutéinisante ou lutéostimuline (LH) . A travers le flux sanguin, ces hormones atteignent les ovaires et encouragent le développement de 10 à 100 follicules. Ces derniers commencent à produire des œstrogènes, qui eux-mêmes, ont des effets à différents endroits du corps féminin.

    Normalement seul un ovaire est stimulé par cycle, c'est-à-dire, qu'il fonctionne par alternance.

    L'hypophyse sécrète alors une autre hormone: la prolactine. Une concentration infime de prolactine est indispensable à l'ovulation, et cette hormone est produite durant tout le cycle. Au contraire, durant l'allaitement, l'importante concentration de prolactine empêche toute ovulation.

    Les œstrogènes produits par les ovaires agissent aussi sur l'hypothalamus en y stimulant des hormones que agissent sur l'hypophyse. Ce système est dit d'interaction, dans la mesure où, simultanément, les hormones de l'hypophyse stimulent le développement de follicules dans les ovaires. Les follicules produisent des œstrogènes qui agissent sur l'hypothalamus et génèrent la production davantage d'hormones de l'hypophyse.

   Au milieu du cycle environ, lorsque la concentration d'œstrogènes dans le sang atteint un niveau supérieur, l'hypophyse sécrète une dose d'hormones de stimulation folliculaire et lutéinisantes. En conséquence, un ovule (parfois plus) atteint la surface d'un des follicules. Les autres follicules stimulés disparaissent peu à peu durant les derniers 14 jours du cycle.

    En raison du niveau d'œstrogènes dans le sang, durant ce laps de temps l'endomètre (muqueuse de l'utérus) s'élargit et est donc prêt à la nidation de l'ovule fécondé. De plus, cette hormone encourage les cellules de l'utérus à sécréter une glaire aqueuse et abondante que favorise la circulation du sperme. Cette glaire est celle qui peut être perçue par la femme à l'extrémité du vagin comme signe de fertilité.


   2.- Ovulation

   Environ 32 heures après la libération des hormones de stimulation folliculaire et lutéinisantes, le follicule se fend, l'ovocyte sort du follicule et se dirige vers la trompe de Fallope. Là, il reçoit des éléments nutritifs et reste disponible entre 12 et 36 heures pour être fécondé par un spermatozoïde.


   3. Phase lutéale

    L'ovule devient jaunâtre du à la présence de lipide et de graisse. D'où son nom : corps lutéal (corps jaune). Le corps jaune continue à produire des œstrogènes tout en commençant à produire des progestérones. la sécrétion de progestérone produit les effets suivants : Elle modifie la structure de la glaire cervicale qui devient si épaisse que les spermatozoïdes ne peuvent la traverser, sa quantité diminue; les glandes de la trompe de Fallope et de l'utérus produisent un liquide qui alimente l'ovocyte et prépare sa fécondation dans les trompes de Fallope et en vue de l'implantation de l'ovocyte dans le col de l'utérus; la température corporelle augmente de quelques dixièmes et reste élevée jusqu'à la fin du cycle.

   Si il n'y pas eu de fécondation, le corps lutéal se décompose, le taux de progestérones et d'œstrogènes dans le sang diminue donc durant les 10 jours qui suivent. Dans la mesure où ces derniers on cessé de stimuler la muqueuse de l'utérus, celle-ci se détruit, c'est à ce moment que surviennent les règles. La température corporelle diminue et le cycle touche à sa fin.

   Dans le cas où il y a eu fécondation de l'ovocyte, quelques unes de ses cellules produisent l'hormone gonadotrophine chorionique humaine (HCG).C'est l'hormone qui sera détectée par les tests de grossesse. L'hormone gonadotrophine chorionique humaine assure le maintien du corps jaune et de sa sécrétion de progestérone, qui quant à elle, garde la muqueuse de l'utérus riche en éléments nutritifs. Ceci est indispensable durant les 10 premières semaines de grossesse, jusqu'à ce que le placenta assure lui même l'apport en nutriments.